100 years

Nuvolari sur la 8CM

Nuvolari sur la Maserati 8CM au Grand Prix de Belgique de 1933

L'histoire de la victoire de Tazio Nuvolari au quatrième Grand Prix de Belgique, le 09 juillet 1933, sur le circuit de Spa-Francorchamps, est plutôt compliquée. Elle prouve, d'ailleurs, la suprématie technique et technologique dont faisait preuve Maserati au début des années trente sur les pistes de course.

Le Grand Prix de Belgique de 1933

La quatrième édition du Grand Prix de Belgique se déroula le 09 juillet 1933, sur le circuit de Spa-Francorchamps. À l'époque, le circuit se déployait autour de la ville de Spa sur une longueur de 14 915 mètres. Les pilotes devaient accomplir quarante tours, pour un total de 596,6 kilomètres. Le temps était ensoleillé et assez chaud. Dix-huit pilotes prirent le volant de neuf Alfa Romeo Monza, dont quelques-unes de la Scuderia Ferrari, de six Bugatti T51, T59 et T35B, ainsi que de trois Maserati 8CM.

Nuvolari choisit la Maserati 8CM

Giuseppe Campari remporta le Grand Prix de France en 1933 à bord de sa biplace Maserati 8C qui pouvait aussi accueillir, comme toutes les automobiles de course de l'époque, un mécanicien pour les réparations pendant la course. Cependant, le pilote n'était pas satisfait de la rigidité de son châssis, et dans les jours qui suivirent, Maserati termina d'assembler la monoplace 8CM. Entre-temps, Ferruccio Testi, actionnaire de la Scuderia Ferrari, informa Tazio Nuvolari de l'arrivée de la nouvelle Maserati 8CM, et Testi mit en relation Ernesto Maserati avec le Mantovano volante, le Mantouan volant. Enzo Ferrari en fut informé, et il commanda alors, oralement, deux Maserati 8CM pour rassurer Nuvolari qui affirmait que, avec les Alfa Romeo P2 de l'époque, la Scuderia Ferrari n'avait aucune chance contre les Maserati. Néanmoins, Enzo Ferrari ne paya jamais les deux Maserati 8CM commandées oralement, et il ne les retira d'ailleurs jamais. Aussi, Ernesto Maserati, par l'intermédiaire de Ferruccio Testi, proposa à Tazio Nuvolari d'expédier en Belgique une Maserati 8CM avec mécanicien. Cependant, Ernesto Maserati demanda à Decimo Compagnoni, mécanicien de Tazio Nuvolari, de ne pas toucher la Maserati 8CM. Nuvolari n'écouta pas Maserati, et il modifia la monoplace en la raidissant et en réduisant le rapport de direction. Il sauta les qualifications et partit en dernière position.

La victoire de Nuvolari

Nuvolari prit le départ du Grand Prix de Belgique de 1933 sur la cinquième ligne, en dernière position, mais dès la fin du premier tour, son habileté et la performance de sa Maserati 8CM le firent passer en tête. Derrière lui, le coéquipier Baconin Borzacchini, l'Alfa Romeo de Louis Chiron, détenteur de la pole position, et les Bugatti de René Dreyfus et d'Achille Varzi. Imperturbable, Nuvolari continua à forcer le rythme et à creuser l'écart avec ses adversaires, et au septième tour, il comptait déjà un avantage de plus de 17 secondes sur Chiron et sur Borzacchini. Au quinzième tour, l'écart doubla. Nuvolari était désormais hors de portée, et après un arrêt au stand pour un changement de pneus et pour le plein, il rentra sur le circuit en quatrième position. Chiron passa ainsi en tête, avec un avantage d'une minute sur la Maserati 8CM numéro 22. Cependant, le Français cassa le différentiel de son Alfa Romeo après quelques kilomètres. Sept tours avant la fin, la Maserati 8CM de Tazio Nuvolari comptait un avantage de deux minutes et quinze secondes sur l'Alfa Romeo Monza de Baconin Borzacchini. L'écart s'allongea au fur et à mesure, et la Maserati remporta l'épreuve avec près de quatre minutes d'avance sur la Bugatti d'Achille Varzi.

La Maserati Tipo 8CM fut la première monoplace de course construite par Maserati entre 1933 et 1935. Le châssis se composait de deux longerons avec renforts transversaux profilés en acier. L'empattement était de 2 560 millimètres, et le poids total était de 785 kilos. La monoplace était en mesure d'atteindre 220 kilomètres/heure en version originale, propulsée par un puissant huit cylindres en ligne de 2 991,4 centimètres cubes avec compresseur Roots, qui développait une puissance de 220 chevaux à 5 500 tours/minute.

Streaming de contenus pour les célébrations du centenaire